STOP CARCASSES! UN PROJET DE SCIENCE CITOYENNE QUI SE DÉPLOIE DANS TOUT LE SUD DU QUÉBEC

Grâce à la présence accrue et à l’utilisation simplifiée des technologies de l’information, les projets de science citoyenne gagnent en popularité un peu partout à travers le monde. Le Québec ne fait pas exception à la règle et le projet Stop Carcasses! permet à tous de contribuer à la science. Largement inspiré du projet WildPaths de l’organisme Cold Hollow to Canada au Vermont, le projet Stop Carcasses! se déploie désormais dans six régions du Québec, soit les Cantons-de-l’Est, les Laurentides, l’Outaouais, le Centre-du-Québec, le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie. Survol d’un projet plus grand que nature.

Biologistes en herbe recherchés

Le projet Stop Carcasses! s’adresse aux adultes et aux jeunes qui désirent en savoir plus sur l’utilisation des habitats par la faune et participer de manière concrète à la préservation de la biodiversité. Plusieurs organismes au Québec s’intéressent à l’identification des corridors écologiques et des passages fauniques. S’ils maitrisent les concepts de connectivité écologique et les outils d’analyses numériques, assurer un financement adéquat pour que ces groupes puissent réaliser une collecte de données à grande échelle demeure un défi de taille. Le projet fait donc appel à tous les citoyens souhaitant partager leurs observations d’animaux (morts ou vivants) en bordure des routes, afin de contribuer aux analyses de l’impact des réseaux routiers sur la faune sauvage et à la mise en place de mesures de réduction de cet impact. Où se trouvent les concentrations de mortalités animales? Quelles espèces sont les plus touchées et à quelle période? Les informations partagées par la communauté virtuelle sur la plateforme iNaturalist permettront éventuellement de recommander des mesures d’amélioration de sécurité pour les usagers de la route et pour les animaux sauvages. Par exemple, les données pourraient permettre d’identifier les meilleurs emplacements pour la construction ou l’aménagement de passages fauniques.

Six régions actives

Le premier projet Stop Carcasses! a vu le jour dans les Cantons-de-l’Est à l’initiative de la Fiducie foncière de la vallée Ruiter (FFVR), dans le cadre de son programme Faune sans frontières, avec l’assistance technique de Corridor appalachien et le soutien financier de la Fondation de la faune du Québec. Inspiré par ce projet, l’organisme Éco-corridors laurentiens (ECL) a reproduit ce modèle dans la région des Laurentides. Par la suite, dans le cadre du projet Corridors écologiques, Conservation de la nature Canada a créé des plateformes pour l’Outaouais, la Gaspésie, le Centre-du-Québec et le Bas-Saint-Laurent. Ces deux derniers sont gérés respectivement par le Conseil régional de l’environnement Centre-du-Québec et Horizon-Nature Bas-Saint-Laurent. Un plus grand nombre de citoyens peut donc participer à ce projet d’envergure dès maintenant.

Comment participer ?

À pied, à vélo, en auto : vous voyez un animal mort en bordure d’un chemin ou traverser une route? Partagez vos observations dans l’une des six régions couvertes par le projet Stop Carcasses! sur la plateforme iNaturalist (www.inaturalist.ca/projects/stop-carcasses) à l’aide de votre téléphone intelligent ou de votre ordinateur. L’application iNaturalist est gratuite et disponible sur iPhone et téléphones Android.

LA SÉCURITÉ AVANT TOUT ! Votre sécurité et celle des autres usagers de la route est la priorité no 1 ! N’arrêtez jamais votre véhicule sur une autoroute ou sur une voie rapide achalandée. Sur les routes secondaires et les réseaux municipaux, assurez-vous que l’arrêt temporaire de votre véhicule dans l’accotement ne mette personne en danger. Soyez bien visibles et, idéalement,  portez une veste réfléchissante.

Pour aller plus loin

En plus de Stop Carcasses!, la FFVR organise des formations de pistage pour les citoyens qui souhaitent s’engager davantage et contribuer régulièrement aux projets de recherche des biologistes. Le pistage est une méthode qui a fait ses preuves pour identifier les endroits que fréquentent les espèces animales, où elles se déplacent et traversent des milieux inhospitaliers. Cette approche permet également de documenter les comportements d’évitement à l’approche de certaines routes ou obstacles au déplacement de la faune.

 

La gestion des différents projets Stop Carcasses! à travers la province s’inscrit dans le grand projet Corridors écologiques : une stratégie d’adaptation aux changements climatiques coordonné par Conservation de la nature Canada au Québec et ses nombreux partenaires. Ce projet est réalisé grâce à la participation financière du gouvernement du Québec, dans le cadre du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques, financé par le Fonds vert.

 

Une bénévole prend la photo d’un amphibien écrasé sur la route en utilisant ses clés pour montrer l’échelle.
Crédit photo : Sinton Edwards